SOIREE DEBAT CFDT FRONTIGNAN LE 7 MAI 2013 A 19H : Le sens du travail dans nos vies

Posté par cfdt sncf-montpellier le 22 avril 2013

SOIREE DEBAT CFDT FRONTIGNAN LE 7 MAI 2013 A 19H : Le sens du travail dans nos vies dans ACCUEIL soiree-debat-frontignan1

Publié dans ACCUEIL | Pas de Commentaire »

Agents de Conduite ce que la FGAAC CFDT a réalisé pour vous ! Prime EAS sur l’AUBRAC

Posté par cfdt sncf-montpellier le 11 avril 2013

 

 

 prime EAS Aubrac

Publié dans ACCUEIL, CONDUITE FGAAC CFDT | Pas de Commentaire »

SNCF / DB : la tension monte

Posté par cfdt sncf-montpellier le 8 avril 2013

Attaquée par la compagnie ferroviaire allemande Deutsche Bahn, l’entreprise française réplique en portant plainte, elle aussi. C’est ce Pierre Blayau, le patron de Geodis, a annoncé dans un entretien aux Echos, lundi 8 avril.

La SNCF est accusée de pratiques anticoncurrentielles par Deutsche Bahn
La bataille judiciaire qui oppose la SNCF et la compagnie ferroviaire allemande Deutsche Bahn (DB), monte d’un cran. La première, attaquée par DB pour pratiques anticoncurrentielles, a annoncé avoir déposé elle-même trois plaintes pour des motifs similaires, lundi 8 avril dans Les Echos.

« Captrain Deutschland, notre filiale de transport de marchandises en Allemagne, a déposé trois plaintes contre DB entre novembre 2012 et mars 2013, devant diverses instances, pour pratiques anticoncurrentielles » révèle ainsi Pierre Blayau, le patron de Geodis, filiale de la SNCF, au quotidien économique.

« Des propos inacceptables »

Euro Cargo rail (ECR), filiale française de fret DB, avait fait savoir la semaine dernière qu’elle allait de nouveau saisir l’Autorité de la concurrence (AC) au sujet des pratiques anticoncurrentielles de la SNCF, quatre ans après une première plainte.

Celle-ci avait abouti, en décembre dernier, à la condamnation de la SNCF à une amende de 61 millions d’euros, notamment à cause de la pratique par la compagnie française du « prix d’éviction », c’est à dire des prix inférieurs aux coûts.

« Ces propos sont inacceptables et s’assimilent à un dénigrement systématique de la SNCF », répond Pierre Blayau. « Les reproches qui nous sont faits, on les retrouve dans les pratiques de DB sur son marché domestique », selon lui.

Publié dans ACCUEIL | Pas de Commentaire »

La CFDT Union Locale SETE communique au sujet du 1er mai

Posté par cfdt sncf-montpellier le 3 avril 2013

La CFDT Union Locale SETE communique au sujet du 1er mai dans ACCUEIL 1ermai2

Publié dans ACCUEIL | Pas de Commentaire »

La CFDT renforcée !

Posté par cfdt sncf-montpellier le 29 mars 2013

Représentativité syndicale: « La CFDT renforcée »
 Par Laurent Martinet -

Le ministère du Travail vient de publier le résultat des premières mesures de représentativité nationale des syndicats. La CFTC sauve sa tête, et la CFDT fait un excellent score derrière la CGT. L’analyse de Michel Dreyfus, historien du syndicalisme.

D’après les nouvelles mesures d’audience syndicales mises en place par le ministère du travail, la CFDT talonne de très près la CGT.

La CGT, la CFDT, FO, la CFE-CGC et la CFTC viennent de se qualifier comme organisations représentatives au niveau national pour les quatre prochaines années, ayant obtenu selon les chiffres du ministère du Travail plus de 8% des voix aux élections professionnelles dans le secteur privé. Cette mesure de l’audience des syndicats, une première en France, avait été prévue par une loi de 2008 alors que depuis 1966, ces cinq mêmes syndicats bénéficiaient d’une « présomption irréfragable de représentativité », leur permettant d’avoir des délégués dans toutes les entreprises quel qu’y soit leur suffrage et de négocier des accords nationaux interprofessionnels. L’historien du syndicalisme Michel Dreyfus, directeur de recherche émérite au CNRS, commente ces résultats.

C’est la première fois que la représentativité des syndicats est réellement mesurée. Pourquoi était-ce nécessaire?
Depuis 1945, le paysage syndical français a bien évolué. La « présomption irréfragable de représentativité » était une injustice qui favorisait les cinq syndicats historiques dans les entreprises. En évaluant précisément chaque syndicat selon son audience électorale, et en permettant de désigner un délégué à partir de 10% des suffrages dans l’entreprise, la mesure remédiera peut-être à un mal français: un syndicalisme divisé, et des salariés qui ne s’y retrouvent pas. Nous avons le plus faible taux de syndicalisation d’Europe, de 7 à 8%.

Pourquoi la représentativité nationale de la CFTC a-t-elle été mise en doute?
Avec la crise et la montée du chômage, ce sont les syndicats les plus revendicatifs qui gagnent du terrain dans les entreprises. Ce n’est pas comme cela que la CFTC est perçue.

Son maintien est-il une bonne nouvelle pour le gouvernement?
Oui, assurément, puisque grâce à sa signature, l’accord emploi a été approuvé à une majorité de 3 syndicats sur 5, ce qui l’a rendu valide. Si elle avait été évincée, il serait politiquement plus difficile à défendre. Mais la vraie bonne nouvelle de ces mesures pour le gouvernement, c’est le score que réalise la CFDT, juste derrière la CGT. Elle devient pour les années qui viennent un interlocuteur renforcé.

Quel syndicat a-t-il une chance de devenir représentatif à l’échelle nationale dans 4 ans?
Je ne crois pas que le paysage sera bouleversé à cette échéance. Les progrès de SUD ne sont pas assez marquants pour qu’il satisfasse bientôt aux critères de représentativité nationale. Il faudra plus de temps pour que la loi produise ces changements.

Publié dans ACCUEIL | Pas de Commentaire »

La CFDT flirte avec la 1ère place (26% des voix contre 26.77% pour la CGT)

Posté par cfdt sncf-montpellier le 29 mars 2013

Ce matin, le ministère du Travail a confirmé les 5 OS représentatives pour les 4 prochaines années.

A noter, dans le secteur privé, la CFDT fait quasiment jeu égal avec la CGT, encore un petit effort et dans 4 ans, la CFDT devrait devenir la 1ère OS dans le secteur privé.

Autant dans le public, SUD est très bien représenté ainsi que l’UNSA, au contraire dans le privé, ils sont insignifiants.

Première conséquence, l’accord du 11 janvier sur l’A.N.I. devient majoritaire car CGT + FO obtiennent moins de 50% de représentativité.
CGT, CFDT, FO, CFE-CGC, CFTC qualifiés comme syndicats représentatifs

Cinq syndicats (CGT, CFDT, FO, CFE-CGC, CFTC) sont qualifiés comme organisations représentatives pour les quatre prochaines années,

ayant obtenu plus de 8% des voix aux élections professionnelles dans le secteur privé, le critère majeur retenu, selon des chiffres du ministère du Travail.

La CGT reste premier syndicat français avec 26,77% des voix, talonnée de très près par la CFDT (26%).

FO obtient 15,94%, la CFE-CGC 9,43% et la CFTC 9,30%, selon un communiqué du ministère.

Une incertitude pesait sur la qualification du syndicat chrétien. Quant à la CFE-CGC, syndicat catégoriel représentant des salariés de l’encadrement, elle totalise dans son propre collège 18,14% des voix.

Le taux de participation s’est élevé à 42,78%, soit 5,4 millions de votants et 5 millions de suffrages valablement exprimés. Le nombre de votants est supérieur aux élections prud’homales de 2008 (4,6 millions).

La direction du travail a annoncé aussi le « poids relatif » dont bénéficiera chaque syndicat au cours des négociations: la CGT obtient 30,62%, la CFDT (29,74%), FO (18,23%), la CFE-CGC (10,78%) et la CFTC (10,63%).

Pour être valide, un accord doit être signé par un ou plusieurs syndicats totalisant 30% des voix, sans être rejeté par 50%.

Ces résultats enlèvent une épine du pied du gouvernement: l’accord du 11 janvier sur la sécurisation de l’emploi, signé par trois syndicats – CFDT, CFTC, CFE-CGC –

mais rejeté par la CGT et FO, reste majoritaire au regard des nouvelles règles de représentativité (le poids de FO et CGT restant sous le seuil de 50% à 48,8%).

Par ailleurs, deux syndicats n’ont pas recueilli le score requis: Unsa (4,26%) et Solidaires (3,47%).

C’est devant le Haut Conseil du dialogue social – qui rassemble notamment des représentants des syndicats et du patronat – que la direction du Travail a fait état de ces résultats.

Le ministère précise que le Haut conseil du dialogue social émettra au cours des prochaines années un avis sur la liste des organisations syndicales représentatives au niveau national et dans les branches à l’issue du processus de vérification des autres critères de représentativité exigés par la loi: indépendance, transparence financière, implantation territoriale.

Le ministre du Travail prendra ensuite des arrêtés (attendus mi-mai et mi-juin) marquant l’entrée en vigueur des nouvelles règles.

C’est après la publication des arrêtés que les syndicats qui ont éventuellement des griefs pourront saisir la justice.

La loi de 2008 rend les syndicats tributaires de leur audience – mesurée tous les quatre ans – et met fin à la présomption « irréfragable » de représentativité dont bénéficiaient par décret de 1966 jusqu’à présent les cinq confédérations (CGT, CFDT, FO, CFTC, CFE-CGC) qui finalement sont reconduites.

Publié dans ACCUEIL | Pas de Commentaire »

Les français et les syndicats : « désamour » pour la CGT

Posté par cfdt sncf-montpellier le 23 mars 2013

Alors que les Français ont encore une relativement bonne image des syndicats, la CGT fait exception. D’où vient ce désamour?

La côte d’opinion de la CGT (source Atlantico ) :

En 2002 : total de « Bonne opinion » envers la CGT 47%;  en 2013 45% (intermédiaire à 55% en 2005), sur la même période le total « Mauvaise opinion est passé de 38 à 48%


Alors qu’en 2010, 53% des Français déclaraient avoir confiance dans les syndicats, 48% de nos concitoyens ont aujourd’hui une mauvaise image de la CGT qui a été accusé par les médias d’être faite de « professionnels de la casse » et d’ « opposants stériles ». Comment expliquer que le premier syndicat de France ait une telle image ? Dans quelle mesure peut-on la lier à la crise ?

Hubert Landier*: Il est certain que depuis 2008 les Français sont soumis à un approfondissement de la crise qui provoque beaucoup de licenciements et donc de tensions sociales. Le problème de la CGT est que nous ne la percevons qu’à travers les nombreuses restructurations ou négociations qui se sont mal passées comme chez Citroën à Aulnay-sous-Bois ou chez Goodyear. C’est cela qui finit par donner de la CGT une image radicale et jusqu’au-boutiste. Pourtant, certains syndicats CGT au sein des entreprises s’efforcent bien souvent de trouver des solutions constructives mais les plus modérés ne sont pas les plus visibles et les plus visibles sont les radicaux.
* Hubert LANDIER, soixante cinq ans, docteur d’Etat es sciences économiques, diplômé d’études supérieures en sciences politiques, diplômé de l’E.P.H.E., est considéré comme un expert dans le domaine du management humain de l’entreprise et des relations sociales.
Quelles sont les conséquences de cette dégradation d’image ? La CGT est-elle une sorte d’indicateur du rapport des Français à leurs syndicats ?

Le caractère dominant de la CGT fait que son image rejaillit en général sur l’ensemble du syndicalisme français. Le principal reproche qui est fait à ce dernier est le fait qu’il soit trop politisé, ce qu’il a effectivement longtemps été notamment par le biais de la relation quasi organique entre la CGT et le PCF. Cela a donc laissé un certain nombre de réflexes de lutte de classes et d’accusation envers le patronat qui ne sont peut-être plus tout à fait approprié à la situation actuelle qui n’est pas une crise du capitalisme mais une crise du monde industriel et de l’Occident, ce qui est complètement différent. Il y a une malgré tout une grande différence entre les affaires qui créent l’image de la CGT et ce qui se passe dans les entreprises qui bien souvent entre dans le jeu de la négociation et des accords. Mais c’est beaucoup moins visible.

La perte de confiance des Français dans les syndicats est-elle structurelle ?

Ce qui est frappant dans la situation actuelle, c’est le niveau de résignation dont font preuve les Français dans leur comportement face à celle-ci. Ainsi, seuls se révoltent ceux qui sont bénéficiaires de statuts  ou de rentes de situation  qu’ils ont peur de prendre, et d’autres part, il y a ceux qui n’ont rien à perdre et qui ont déjà perdu leurs emplois et qui ont peur, bien souvent à juste titre, de ne jamais en retrouver. Entre les deux, il y a de la résignation qui ne débouche pas à une action collective et les syndicats sont donc paralysés par ce phénomène. On l’a notamment constaté avec la manifestation du 5 mars dernier organisée avec FO qui n’a pas vraiment rempli les rues. Il y a donc un désengagement croissant des employés, une sorte de « chacun pour soi » qui ne peut pas donner lieu à une action collective qu’elle soit de position, comme à la CGT, ni de construction ou de solution comme c’est le cas au sein de la CFDT.

Source  Atlantico

 

Publié dans ACCUEIL | Pas de Commentaire »

BURN OUT : épuisement professionnel : Réinventer un humanisme dans les entreprises

Posté par cfdt sncf-montpellier le 17 mars 2013

 

… “La montée en puissance du régime de production, l’accélération des
cadences, l’intensification du stress, la généralisation des instruments de contrôle, la dureté des contraintes… » A lire ci après :
BURN OUT : épuisement professionnel : Réinventer un humanisme dans les entreprises dans ACCUEIL epuisement_professionnel_pm-1

fichier pdf burn out

freelance_burn_out dans ACCUEIL

 

Publié dans ACCUEIL | Pas de Commentaire »

Egalité Femmes/Hommes à la SNCF… Plafond et parois de verre, situations de harcèlement… des avancées mais encore du travail

Posté par cfdt sncf-montpellier le 4 mars 2013

Vidéo OSONS

NOTA BENE :Même si ce lien est relayé par une conseillère municipale,  cette vidéo n’engage en aucun cas la CFDT sur un plan politique. Nous tenons à rester  concentrés sur notre mission de défense, auprès des salariés. Malgré tout, nous nous autorisons à diffuser cette vidéo qui reste centrée sur le sujet de l’égalité hors propos politiques quels qu’ils soient.

A la CFDT, tous les jours, nous nous battons pour l’égalité entre les femmes et les hommes. Nous contribuons tous à construire la société d’aujourd’hui et celle de nos fils et filles pour l’avenir.

Contribuant à cette amélioration sociétale, la CFDT a signé l’Accord Egalité Professionnelle Femmes Hommes à la SNCF au mois d’AOUT 2012, avec des avancées sensibles dans le monde entrepreneurial. Et de facto dans la société.

Mme la Ministre Najat VALLAUD BELKACEM s’est également inspirée des initiatives mises en place en ce domaine par la SNCF en partenariat avec la CFDT et d’autres OS.

A la SNCF, cet Accord est signé mais ce n’est pas pour autant que les mentalités évoluent de manière significative. C’est par endroits encore un combat quotidien pour imposer les femmes et leur dimension dans la structure de l’entreprise, à tout niveau y compris aux niveaux décisionnels.

Le plafond de verre existe également dans cette entreprise.

Le harcèlement aussi. Même si c’est caché et parfois difficile à accepter. Alerter en cas de harcèlement est souvent mal aisé, le harceleur étant parfois (souvent) le notateur…

Si vous souhaitez nous alerter sur ce thème en particulier, la CFDT répond présente et s’engage à vos côtés afin de défendre vos droits et votre dignité.

Demande de temps partiel ou aménagement du temps de travail ou encore du poste de travail, déroulement de carrière, situation de harcèlement… Alertez nous ! Nous sommes présents et à votre écoute.

 

Publié dans ACCUEIL, ADHESION A LA CFDT, EGALITE PROFESSIONNELLE | Pas de Commentaire »

Vous en rêviez, la CFDT l’a fait : versement de votre dividende salarial ce mois ci !

Posté par cfdt sncf-montpellier le 19 février 2013

L’intervention de la CFDT a payé :

Dividende salarial : 364 euros bruts ce mois ci !

 

fichier pdf dividende salarial février 2013

 

 

Publié dans ACCUEIL | Pas de Commentaire »

1...34567...20
 

Concept Valley Caraïbes |
trucs et astuces pour boucl... |
greenmarketing |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Marc Champel
| rueamelie
| nomarix